Luc Stoppini est responsable du Laboratoire d'Ingénierie Tissulaire et professeur de bio-ingénierie à la Haute École du Paysage, d'Ingénierie et d'Architecture de Genève (HEPIA HES-SO) depuis 2008. Il était auparavant directeur R&D pour Capsant Neurotechnologies Ltd (Royaume-Uni) et fondateur et président de BioCell-Interface S.A (Suisse). Il a occupé des postes universitaires aux Universités de Lyon, de Genève et de Virginie (USA, Charlottesville). L. Stoppini a participé à la commercialisation de technologies au cours des dix dernières années. Avant de rejoindre Capsant Ltd, Luc Stoppini développait des modèles in vitro de maladies neurodégénératives (sclérose en plaques) au sein du centre de recherche Serono basé à Genève. L. Stoppini a mis au point des modèles in vitro pour étudier les processus physiologiques et patho-physiologiques qui se produisent dans le système nerveux central. L. Stoppini a été le pionnier du développement de la technique de cultures de tranches organotypiques de cerveau sur des membranes, qui est maintenant utilisée dans de nombreuses institutions publiques ainsi que dans des entreprises privées. Parallèlement à ses activités sur les tissus biologiques, L. Stoppini a participé au développement et à la validation de différents types d'interfaces bioélectroniques. Il a été partenaire du projet européen FP7 ESNATS (2008-2013). Il a également été l'un des principaux chercheurs du projet européen de capacités FP7 PharMEA (2009-2011) qui consistait à développer des plaques multiples pour le criblage électrophysiologique en utilisant des réseaux de multi électrodes (M.E.A.) conçus sur des membranes poreuses. Depuis 5 ans, L. Stoppini utilise des cellules neurales dérivées soit de cellules souches induite humaines(iPS). Depuis sa fondation en 2008, le groupe de L. Stoppini est partenaire du Centre suisse de toxicologie humaine appliquée (SCAHT) pour développer des modèles in vitro de neurotoxicologie. Actuellement, il est coordinateur du programme Diagnostic Biochips de la HES-SO (2013-2020). Il a participé à une collaboration avec le Wyss Center sur le développement et la fonctionnalisation de nouvelles générations de nouvelles sondes en verre pour l'implantation neurale (2017-2019).

Compétences: Culture cellulaire (ingénierie des tissus neuronaux en 3D, biocompatibilité, essais in vitro pour la toxicologie, microscopie confocale,...), Microtechnologie et ingénierie (prototypage rapide de dispositifs, électronique, microfluidique, conception assistée par ordinateur, conception de logiciels...), Compétences et technologie combinant les compétences en cellulaire et en ingénierie (électrophysiologie par MEA, spectroscopie d'impédance pour la mesure du TEER).